Christophe Galatry photographies

blog

blanc

-D’une absence il ne dit rien. Silence obstiné qu’il hurle.

-Si elle meurt tous les jours sa vie à lui n’y peut rien changer.

-Le linceul avait déjà servi. Une fois. Peut-être plusieurs. Certainement.

-Il retient une dernière image comme une photo qu’il ne révèlera pas.

-Et le temps avait grisé l’étoffe pour lui. Une invite à repartir sur du blanc.